Publié le 10/05/2021

Forêts

  Page 30 de ton cahier d'activités nature

LES ARBRES FEUILLUS ET CONIFERES

  • "Bourgeonscope" par le Conservatoire d'espaces naturels de Lorraine 

1 - Comment fabriquer ton "Bourgeonscope" ? tu peux imprimer la fiche explicative avec toutes les instructions  ? à tes ciseaux ! [ici

2 - L'étui du "Bourgeonscope" [ici]

3 - La roue du "Bourgeonscope" [ici]

 

 Page 33 de ton cahier d'activités nature 

LES CLAIRIERES (en référence au jeu n° 4) 

  • Coloriage thématique "Les papillons" par le Conservatoire d'espaces naturels de Normandie.

Tu peux télécharger les petits coloriages, les imprimer... à tes crayons de couleur l'artiste ! [ici]


 Page 35 de ton cahier d'activités nature

LES VIEILLES FORETS 

En Auvergne et de manière générale, les vieilles forêts (anciennes et matures, de plus de 200 ans) sont rares : elles représentent moins de 10 % de la surface forestière totale ! Dans un contexte de mobilisation accrue de la ressource bois, des menaces pèsent aujourd’hui de plus en plus sur ces milieux. Bien que l’exploitation forestière ait toute sa vocation pour la création d'énergie ou de matériau durable, elle empêche le plus souvent le vieillissement naturel des arbres. Il est donc aujourd’hui urgent de préserver les vieilles forêts auvergnates !

LES COLEOPTERES DES VIEUX ARBRES (en référence au jeu n°3)

  • Tu peux aussi "chercher la petite bête" .... et partir à la découverte des coléoptères dans la galerie photos ci-dessous

Les coléoptères forment une famille d’insectes très nombreux. On y trouve toutes les variétés de scarabées, mais aussi les coccinelles, les hannetons, les dytiques, les bousiers, ou encore le Scolyte qui creuse ses galeries sous l’écorce des résineux jusqu’à les faire mourir faute de sève.

  • Lucane cerf-volant : c’est le plus grand coléoptère d’Europe. Les impressionnantes mandibules du mâle font penser aux bois des cerfs, d’où son nom. Il s’en sert surtout lors de combats entre mâles, comme le cerf ! Ses larves se nourrissent uniquement de bois mort, et sont très recherchées par les pics forestiers.
     
  • Cétoine : la couleur verte métallique de cet insecte lui vaut le nom de Cétoine dorée. Elle se nourrit des étamines des fleurs, qu’elle gringote pour leur pollen. Les larves, elles, dévorent les bois très pourris des vieilles souches ou arbres tombés, et sont donc très importantes pour les forêts.
     
  • Grand capricorne : ses antennes sont sans doute les plus longues de tous les insectes d’Europe. Elles dépassent la longueur de son corps ! On trouve le Grand capricorne sur les très vieux chênes, parfois sur les vieux châtaigniers. Quand il vole, c’est sur une courte distance, avec le corps presque vertical !
     
  • Rhinocéros : vous pourrez affirmer qu’il y a des rhinocéros vivant à l’état sauvage en France ! Seul le mâle porte une corne, qu’il utilise pour soulever et retourner ses adversaires lors des combats pour les femelles. On peut l’observer, les soirs d’été, attiré par les lumières au milieu des papillons nocturnes.

 

 Page 38 de ton cahier d'activités nature

LES PLANTES ET LES CHAMPIGNONS  (en référence au jeu n°2)

  • Pars à la découverte des champignons dans la galerie photos ci-dessous

Attention ! Certains champignons sont toxiques, et peuvent même être mortels pour l’homme. Ne les cueille que si un adulte qui les connaît bien te dit que tu peux le faire sans danger. Mais ne détruis pas les champignons toxiques : ils sont utiles aux forêts.

  • Agaric champêtre : on l’appelle aussi « rosé des prés ». C’est un proche parent du champignon de Paris. Il est facile à reconnaître dans les prairies et bon à manger.
     
  • Amanite : cette famille de champignons compte des espèces très dangereuses, comme l’amanite phalloïde. La plus connue est illustrée ici : l’amanite tue-mouches, avec son chapeau rouge à pois blancs. Les amanites ont un « anneau » au sommet du pied et une « volve » qui entoure sa base.
     
  • Bolet : chez les bolets, le dessous du chapeau ne porte pas des lamelles, mais des tubes, dont on voit les extrémités serrées les unes contre les autres. Beaucoup de bolets sont bons à manger, sauf le bien nommé Bolet Satan, qui déclenche de sévères nausées et vomissements.
     
  • Cèpe : c’est le nom donné à quelques variétés de bolets, particulièrement savoureux. Celui qui est illustré est le Cèpe de Bordeaux, qu’on trouve dans les prairies ombragées des forêts en fin d’été. Les hommes ont essayé de le cultiver, sans succès. Alors, direction la forêt pour une bonne omelette aux cèpes !
     
  • Chanterelle : il existe plusieurs variétés de chanterelles, dont une est aussi appelée « girolle ». Ces champignons délicieux apprécient la proximité des résineux et des bouleaux. On les reconnaît aux plis qui remplacent les lamelles et descendent très bas sur le pied du champignon.
     
  • Clavaire : ces champignons vraiment bizarres rappellent par leur forme des petites branches de corail. Il en existe de plusieurs couleurs, les plus connues sont blanches ou jaunes, et même mauves. Les clavaires n’ont aucun intérêt en cuisine, mais certaines font l’objet de recherches pour la médecine.
     
  • Clitocybe : les clitocybes possèdent souvent un chapeau concave (c’est-à-dire courbé vers l’intérieur), avec un creux plus marqué au milieu, comme une sorte de nombril. On dit du Clitocybe nébuleux illustré ici que son chapeau est « gris ciel comme un ciel peu couvert ».
     
  • Collybie : la plupart des collybies sont des champignons qui poussent directement sur les troncs des arbres morts ou mourants, ils se nourrissent du bois et participent à se décomposition rapide. Le Collybie à pied velouté de la photo, comestible, est cultivé dans les pays asiatiques.
     
  • Coprin : ces champignons ont un chapeau en forme de fuseau d’abord, qui s’ouvre au fur et à mesure de leur croissance et prend finalement la forme générale d’une cloche. Chez certains, le chapeau finit par disparaître en produisant une sorte d’encre bizarre.
     
  • Cortinaire : voilà l’un des genres de champignons qui comportent le plus grand nombre d’espèces. Ce qui les caractérise, c’est la présence parfois d’une sorte de voile, comme une toile d’araignée, entre le pied et le bord du chapeau. Le cortinaire violet de la photo a une forte odeur de … cuir !
     
  • Girolle : c’est l’autre nom donné à une variété de Chanterelle (voir plus haut)
     
  • Hydne : l’Hydne sinué, champignon comestible, surtout jeune, est aussi appelé « pied-de-mouton ». Regardez le dessous de son chapeau : ce ne sont ni des lamelles ni des tubes, mais des « aiguilles » qui le tapissent ! Il a besoin d’une cuisson lente et prolongée pour être apprécié à sa juste valeur culinaire.
     
  • Lactaire : pourquoi ce nom qui rappelle le lait ? Quand vous coupez ou blessez leurs, celles-ci produisent en quantité plus ou moins abondante un liquide, un latex, un « lait ». La chair des lactaires est dite « cassante comme de la craie ». Devinez pourquoi celui de la photo s’appelle « lactaire délicieux » ?
     
  • Lépiote : la grande Lépiote élevée est assez facile à reconnaître, avec son chapeau en ombrelle renflé en son centre, et son anneau sur le pied, qu’on peut faire coulisser du doigt. La chair du chapeau est délicieuse à la poêle, elle est connue des cuisiniers sous le nom de Coulemelle.
     
  • Pezize : l 'étonnante Pézize orangée étale ses petites coupes arrondies au bord des chemins, dans les lieux ensoleillés. Sa saveur est plutôt fade, mais sa couleur éclatante en fait un ingrédient sympathique de salades composées, et même bizarrement, de recettes sucrées…
     
  • Russule : ces champignons sont parmi les plus courants dans les forêts françaises. La plupart ne sont pas comestibles, et ont de tout façon un goût poivré, et souvent l’odeur associée. Exception à la règle : la Russule charbonnière, à la saveur douce de noisette, au pied « cassant comme du polystyrène » !
     
  • Tricholome : le Tricholome de Saint-Georges est aussi appelé « mousseron » et pousse au printemps. Il intéresse les amateurs de morilles, car il pousse dans les mêmes zones. Il a une étonnante odeur de farine…Il pousse très souvent en ronds : on a appelé cela des « ronds de sorcières » !
     
  • Truffe : contrairement aux autres champignons présentés dans cette page, la Truffe ne possède aucune partie aérienne ! Tout se passe dans le sol. Seul son parfum permet de la découvrir. On utilise pour cela des chiens et même des cochons spécialement dressés. La truffe, délicieuse et rare, vaut cher.